La poésie du mois – Mai

A l’impossible, Dieu n’est tenu – Louis MONNET

Ève fait la moue, elle n’est pas satisfaite.
Comme tous les ménages, il y a des jours froids.
C’est vrai, il faut admettre, elle n’a guère le choix,
Il n’y a qu’Adam. Toujours la même tête.

Chacun sait qu’il est bon d’aller selon son goût
Et qu’il faut, c’est normal, changer un peu d’herbage.
A trop serrer le joug, la mesure est peu sage,
Une bonne cuisine doit varier son ragoût.

Alors, à Dieu le père, elle demande audience.
Il lui faut patienter, il se repose un peu.
Créer tout l’univers ne fut pour lui qu’un jeu,
Mais avec ces deux-là, il a manqué de chance.

Enfin reçu par Lui, ses doléances elle fait :
Adam est plutôt moche et aussi un peu bête.
Et puis, ils sont tout nus. Il n’a pas de galette
Quand elle veut s’acheter quelques colifichets.

Intelligent, beau, riche ! Non mais qu’est-ce qu’elle croit. 
Même moi qui peut tout, elle me la baille bonne !
J’ai eu beaucoup de peine à faire un seul homme
Et elle me demande de lui en faire trois !

Louis Monnet
Extrait du recueil Caravanes

Le partage, c'est cool

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7  +  3  =